À propos de l’article

Information sur l'auteur

Quand avidité et fiscalité ne riment pas avec Réunionnité …

Dans notre pays de fort fort lointain, il est des sujets qui sont compliqués à comprendre … Celui de la Zoreillité, évoqué dans le post précédent, a déclenché de nombreux commentaires sur le site de Zinfos974, qui avait repris mon texte. Vous pouvez consulter ces commentaires, dont certains extrêmement pertinents (et d’autres d’une bêtise peu commune), sur ce lien http://www.zinfos974.com/Zoreillite-et-Creolitude_a31803.html. Vers la fin, de nombreux internautes embrayent sur le thème de la sur-rémunération touchée par les fonctionnaires d’Etat (et affiliés) lorsque ceux-ci travaillent dans un DOM.

Je voudrais revenir aujourd’hui sur une conséquence, pour moi chargée de sens, de cette sur-rémunération.

Présent à La Réunion depuis de très nombreuses années, le Groupe Bernard Hayot (GBH), a depuis 7 ans massivement investi localement. A tel point que ses positions monopolistiques pourraient commencer à poser de réels problèmes. Mais bizarrement, les médias n’en parlent pas ; il faut dire que toute filiales confondues, le groupe est le premier annonceur de l’île ….. Son impact en terme d’emploi explique sans doute, en plus d’accointances avérées et assumées avec le pouvoir en place à l’Elysée, également la grande tolérance des services de l’Etat.

Mais ce n’est pas que la position du groupe qui pose problème, ce sont plutôt ses pratiques. Afin d’illustrer mon propos, je ne vais prendre pour exemple que celui de l’automobile. Et plus particulièrement celui d’Automobiles Réunion (Renault, entre autre) ; et plus particulièrement du marché des pièces détachées. Tout habitant de l’île sait qu’ici les prix des pièces détachées auto sont de 25 à 300% plus élevés (j’ai moi-même expérimenté ce 300% sur un rétroviseur, il y a de ça 5 ans ….). Mais ce surcoût est-il simplement justifié par des questions d’éloignement et d’étroitesse du marché ?? Il semblerait, que pour GBH tout du moins, la réponse soit non.

Voilà comment ça se passe : depuis plusieurs années (et après le rachat à Cadjee), le stock de pièces détachées est en baisse chez Automobiles Réunion. Outre la recherche d’une meilleur gestion (atout pour la trésorerie et pour l’anticipation de l’obsolescence des pièces – qui est de 24 mois environ), cela poursuit un objectif plus … fiscal. Automobile Réunion est très régulièrement en rupture de pièces, lorsque c’est la cas, cette société fait appel à son fournisseur unique, qui se trouve être une centrale d’achat, elle aussi propriété du groupe Hayot (Automobiles Réunion ne commande pas ou peu de pièces en direct auprès de Renault). C’est donc la centrale d’achat du groupe qui fixe un prix, que la filiale locale ne peut discuter. Tout au long de l’année, ce sont donc des ré-appro qui ont lieu, à des prix non négociés, ce qui empêche Automobiles Réunion de construire une véritable politique de gestion de stock et qui engendre des coûts de fret très élevés. Mais pourquoi cette « construction comptable », me direz vous ?? Cela va à l’encontre de toute logique de rentabilité !!!

Et bien en fait, tout dépend où se situe cette rentabilité ….. Et c’est là qu’intervient la question de la sur-rémunération d’une partie de la population locale. Pieds et poings liés avec sa marque, le consommateur, n’a (n’avait) d’autre choix que celui d’accepter le prix « proposé » par Automobiles Réunion et imposé par la centrale d’achat GBH. Mais en fait, la filiale locale ne fait que peu de marge sur cette vente. La majeure partie de la création de valeur se fait au niveau de la centrale d’achat !!

On a donc ce schéma:  un groupe dont les actionnaires sont à 100% non réunionnais, se vend (fort cher) à lui même des produits à un tarif très élevé. Le produit est ensuite payé par des habitants de La Réunion à ce prix prohibitif (grâce à la sur-rémunération et aux transferts sociaux). La marge réalisée se trouve donc figée au niveau du groupe par l’entremise de la centrale d’achat. Elle filtre par des dispositifs de consolidation comptables et d’exonérations fiscales et remonte enfin sous forme de plus value au niveau  de la holding familiale qui contrôle le groupe (dans le meilleur des cas ces sommes sont régulièrement déclarées …..).

Où l’on voit que la richesse dispensé localement se retrouve de l’autre côté de l’Atlantique !!!! De plus, la fiscalité locale qui devrait s’appliquer sur les résultats plus que substantiels d’Automobiles Réunion, ne peut s’exercer totalement puisque la rentabilité de la filiale est volontairement dégradée par ses actionnaires. D’où un manque à gagner conséquent pour les finances locales. Il en est de même, pour des salariés dont une partie de la rémunération pourrait être liée à la rentabilité de l’entreprise, via l’intéressement. C’est comme un immense tuyau d’eau, dont une partie du flux serait détourné, mais dont l’entretien serait tout de même payé par ceux qui n’en reçoive pas toute la quotité !!! (Ca me rappelle notre fameux chantier du « Basculement des eaux », mais nous en reparlerons une autre fois :o) ….).

Si notre économie locale n’était pas si corseté par des potentats et si la question de la sur-rémunération était réellement posée, de telles escroqueries ne pourraient voir le jour (oui, je sais, ça fait beaucoup de si ….). Mais surtout, lorsque les services de l’Etat, encore récemment, s’émeuvent de l’inefficacité de nombreux dispositifs domiens, ils oublient de dire (ou de voir, ou les deux) qu’une partie de ces dispositifs a été détournée. Au moment de la grande remise à plat de tous ces dispositifs, ce qui pourrait arriver plus vite que prévu, il y a fort à parier que plutôt que de mettre en place des moyens à même de contrôler ces dérives, l’Etat préfère, lâchement, supprimer bon nombre de ces leviers économiques, au détriment, au final, du citoyen lamba …..

Oui la sur-rémunération doit être revu. Oui les transferts sociaux sont un frein au développement de notre île. Mais méfions nous de stigmatisations par trop hâtives. De nombreux « dispositifs » sous-terrains, de nombreuses collusions existent et ont des conséquences bien plus importantes pour notre développement.

NB : mes propos sont le fruit de recherches, incomplètes, que j’ai réalisées moi-même. Si vous avez connaissance d’erreurs ou bien de contre-vérités dans ce que j’évoque ici, n’hésitez pas à me le signaler.

EDIT du 23 Août 2012 : ce processus des prix de transfert évoqué ici est développé par l’EXCELLENT Olivier Berruyer : ICI

Publicités

Tags:, , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :